RETOUR DANS LE PASSE (1)


PENDANT L'OCCUPATION ALLEMANDE :

Mercredi 27 février 2019, nous avons commencé à réaliser une série de photos pour présenter une période plus délicate de l'histoire des carrières celle de l'occupation allemande et de l'utilisation de ces carrières à cette période.

Photos réalisées par :

Pascal CHASSEIGNE   avec un Pentax K50 
Jean - Marie GOUTORBE avec un Nikon D60

Prise de vues en pose B  - Flashs à déclenchement à distance ou manuel.

L'armée allemande a réquisitionné et utilisé les carrières pour y héberger, voire construire des fusées de type V2. Pour cela il ont commencé à recenser les carrières à partir de 1943.

Pour nous rendre sur le premier site nous pénétrons dans la carrière par l'entrée de la Gare puis nous empruntons la galerie dit "La gare à sec"


La galerie d'entrée avec la meurtrière de protection

Accès par la galerie dite "la gare à Sec" Le tunnel

Galerie principale 
Ces travaux d'aménagement qui étaient prévus pour accueillir 600 fusées, étaient sous le commandement de la Feldokommandatur 627 et portait le nom de code 1402.

C'est donc l'organisation Todt qui réalisa les travaux, pour cela il était nécessaire de modifier les structures de la carrière et également faire des transformations extérieures.

Pour réaliser ce stockage, les voies de circulation ont du être aménagées pour permettre le passage des encombrantes fusées V2 (12 mètres de long sans l'ogive et 2,54 m de largeur). tout cela en tenant compte dans la mesure du possible des piliers existants.

Transformation  de la galerie par des courbes 


Réalisation de pilier en béton afin de déplacer et détruire les piliers naturels

Une structure inachevée : Deux salles renforcées par une voûte en béton armé, coulé dans les vides creusés au dessus de la carrière, le plafond servait d'échafaudage pour la réalisation et aurait été détruit à la fin.

une salle renforcée


La voûte bétonnée


Dans la voûte des IPN étaient posés pour la fixation de pont roulant (un V2 pesait 3 tonnes sans carburant), au fond on remarque la présence de longues fistuleuses, une fois le plafond de la carrière détruit la hauteur total était de 6 mètres.




Un IPN

  Tout autour de ces deux salles les galeries étaient renforcés par des mur en moellons, la aussi les piliers devaient être détruits une fois tout ces renforts réalisés.


Un mur en moellon 
Mur en moellon avec une arche le pilier devait être détruit 

L'arche vue de l'autre coté 

En surface certains puits d'aérage et d'extraction furent recouvert d'un blindage conique comme le puits de la Machine. Blindage de forme conique protégeant des bombes et servant également de prise d'air.

Blindage du puits de la Machine

Le puits Mazelin que l'on devine encore en surface, son blindage a été détruit et a serve a combler le puits d'aérage, au fond on peut voir la base du puits avec son cône de déblai composé des vestiges du blockhaus et on peut voir les renforts en brique réalisé par les allemands.

L'emplacement du puits Mazelin en surface
Le puits Mazelin vue dans la carrière.


Bibliographie :


·         Inventaire des souterrains de France  - service géologie de la Wehrmacht 1942-1944 – dossier 26 meuse
·         La pierre raconte Yvon Gaillet   - éditions D. Guéniot - 2003
·         Savonnières-en-Perthois d'hier et aujourd'hui Roger Rotigni
·         Meuse souterraine   éditions GERSM   -

·         Etude et Inventaire de Savonnières en Perthois  (Master Géographie 2014) Jennifer Champin  (USAN)

UNE INITIATION AU CORNUANT

Jeudi 21 février 2019, nous avons réalisé une sortie initiation pour faire découvrir le matériel et les techniques spéléologiques à un futur adhérent : VICTOR.

Pour cette journée nous avons choisi le gouffre du Cornuant situé dans la carrière du Village à Savonnières en Perthois.

L'encadrement était assuré par moi même , Pascal et Baptiste qui ont profité de cette séance pour parfaire leur technique d'équipement.

nous avons équipé deux voies en parallèle, Baptiste à équiper la première composée d'une main courante en vire et d'un plein vide. Pascal a posé son premier fractionnement sur la deuxième voie.

La prochaine sortie pour Victor sera très certainement le gouffre de l'Avenir.

Pascal surveille Victor au passage du fractionnement 
Baptiste se concentre sur son équipement 


Déséquipe ment par Pascal

UNE SORTIE PHOTO

Lundi 18 février 2019, Jean Marie, Pascal et Baptiste  décident de faire une sortie photo afin de réaliser des photos en pose B dans la carrière du village à Savonnières en Perthois.

Jean Marie choisi un secteur connu (Cornuant et Salle Bleue)  et un lieu beaucoup moins connu (Grotte Simone, Viaille de la Salle à manger, etc....)

Le matériel employé :

un pied 
un appareil photo type PENTAX K 50
3 flashs a déclenchement manuel ou par cellule suivant le cas

Méthode employée :

exposition manuelle  -   appareil en pose B - déclenchement flash automatique ou à la demande


Voici ci-dessous quelques  photos par secteur :

LES SALLES BLEUES :



LE SECTEUR DU CORNUANT :





LA GROTTE SIMONE :




LA VIAILLE DE LA SALLE A MANGER :






L'AUGE DE LA FONTAINE :





DESTRUCTION

Le mercredi 06-02-2019 lors d'une sortie photo dans la carrière du village à Savonnières en Perthois nous avons constaté que le secteur ou se trouve les concrétions d'argiles appelés "les soldats d'argiles" ont été détruits.

Destruction accidentelle ou volontaire ?

Difficile à dire : il faut préciser :

  • Qu'il faut déjà connaitre le secteur ou se trouvait ce site 
  • Que le 22 janvier des photos ont été réalisées pour une revue national sur ces concrétions.
  • La destruction a eu lieu entre le 22 février  et le 6 février 2019
Le chien concrétionné dans la carrière de l'Industrie avait été également détruit il y a quelques années (voir photos fin de l'article)


On nous signale également ce jour une autre destruction cette fois ci au Rupt du Puits à Robert Espagne (source O. Gradot) :   voir photos fin de l'article également 

"je tiens par ailleurs à indiquer que l'ensemble des superbes concrétions d'argile qui étaient visibles dans l'affluent des dents de requins au Rupt du Puits à été saccagé aussi, là ce n'est en aucun cas accidentel car certaines étaient loin du passage et elles ont été volontairement démolies à la main on voir très bien les traces de doigt et les boules d'argile qui ont été faites ensuite... "

Tout un patrimoine fragile qui disparaît à jamais ..... comment le protéger 



Les photos du site des soldats d'argiles :



LE CHIEN AVANT ET APRES SA DESTRUCTION :



RUPT DU PUITS :

Voici les photos d'une partie de ce qui a été saccagé, ces spéléothèmes étaient dans une niche sur le côté de l'affluent.

Les photos de la destruction seront mises lors de leur réalisation  (photos O. GRADOT)